<br>
Nous vous présentions dans un post précédent quelques approches dogmatiques auxquelles nous sommes très souvent confrontés au quotidien et les réponses que nous y apportons.  Ci-dessous, la suite et fin des principales approches dogmatiques :
<br>
“ La biodiversité est au service de l’homme et à notre disposition ”
<br>
La biodiversité n’est pas le tribut de l’homme et encore moins à son service direct ; il est même de notre devoir de protéger la biodiversité pour notre génération et les générations futures.
<br>
“ L’accumulation des richesses conduit au bonheur ”
<br
La constatation pragmatique de rencontrer sur le terrain des producteurs heureux, équilibrés, reliés à leur terre et leurs communautés doit nous amener à réfléchir et à apporter des solutions sur la dimension sociale de l’agriculture.
<br>
“ Les oppositions permettent d’avancer via la confrontation ”
<br>
Les solutions proposées doivent permettre de réunir via une démarche intégrale plutôt qu’opposer. Une démarche réconciliant l’ensemble des interdépendances du développement durable: équitable, biologique, projets de reforestation mais aussi de préservation de la biodiversité.
<br>
“ Les pouvoirs publics peuvent apporter, seuls, des réponses aux problèmes sociétaux ”
<br>
Si les réponses doivent bien venir de différents acteurs, elles doivent également émaner d’initiatives privées ou citoyennes qui permettent de défendre une vision spécifique sans tomber dans le « ventre mou » du compromis insatisfaisant pour le cas de l’agriculture. Prendre conscience de la nécessité de dépasser une approche trop souvent dogmatique permet de proposer des solutions concrètes reposant sur des valeurs alternatives au modèle dominant qui, par leurs succès, rendront ce dernier obsolète ; ceci en installant et soutenant des projets d’agriculture biologique et équitable au sud comme au nord.
<br>
Ainsi, prendre conscience de la nécessité de dépasser une approche trop souvent dogmatique permet de proposer des solutions concrètes reposant sur des valeurs alternatives au modèle dominant qui,  par leurs succès,  rendront ce dernier obsolète ; ceci en installant et soutenant des projets d’agriculture biologique et équitable au sud comme au nord.
<br>

4 Commentaires pour ce billet

  • Effectivement je suis aussi plutôt contre ces approches, comme bien d’autres à tendances égoïstes et malheureusement simplistes qui font tourner la vie des gens en rond sans qu’ils se demandent ce qu’il y en a l’intérieur comme à l’extérieur et emmènent les autres dans leurs siphons.

  • Merci Vince pour ton retour!
    Tu vas bientôt être élu plus fidèle contributeur de ce blog…
    Si tu passes un jour sur Paris, n’hésite pas à venir nous rencontrer!

  • Merci, ce serait avec plaisir mais les 6 prochains mois je vais les passer au Togo (formation et attribution de microcrédits et développement de filières équitables et biologiques), je ne viendrais prochainement à Paris que pour prendre l’avion.

    Mais je retiens l’invitation car à mon retour je serais ravis de partager directement avec vous sur des sujets tels que ceux de votre blog ou sur mes activités au Togo…

  • Avec plaisir pour échanger à ton retour sur ton expérience au Togo!
    Profite en bien et à bientôt

Laisser un commentaire