18 septembre

La culture de la betterave…

Posté par // Catégorie : Nos Combats
Tags : ,

En 1955, Lévi Strauss dans « Tristes Tropiques » définissait notre civilisation en la comparant à la culture de la betterave (cf. citation en fin de post). Cette dernière représentant notamment l’uniformisation de la pensée dans nos modes de vies occidentales. Paradoxalement, si nos modes de vie modernes deviennent effectivement uniformisés dans l’ensemble, on observe en même temps pour toutes les parties prenantes une sophistication dans les différents domaines qu’ils soient artistiques, économiques ou encore politiques…

Cette spécialisation aboutit sur un cloisonnement des différents réseaux et donnent une culture globale sans goût et sans réelle complexité. Au bonheur individuel et collectif, chacun poursuit des buts divers et variés ayant perdu celui même plus global de l’épanouissement des individus contre une course effrénée à l’enrichissement.

Des petits producteurs épanouis…

Pourtant, les visites de petits producteurs dans les pays du sud sont riches d’enseignements par rapport aux éléments ci-dessus :

    • On trouve encore l’exemple de sociétés qui ont réussi à garder au moins localement dans la vie quotidienne une respiration entre l’économie, les arts ou encore le domaine politique ; sociétés dans lesquelles se dégagent globalement une harmonie (au moins extérieure) dans les rapports de la vie journalière.

 

  • Sur le bonheur et l’épanouissement intérieur, deux éléments sont également frappants :
    1. Les producteurs qui sont écrasés par un système intensif et qui ne peuvent se projeter dans l’avenir notamment dans l’éducation de leur enfant n’ont pas confiance en eux et encore moins dans l’avenir.

 

  1. Par contre ceux qui ont une rémunération digne et qui respectent leur environnement dégagent une noblesse et un bien être intérieur que l’on rencontre rarement dans nos sociétés dites modernes. Avec par ailleurs des jugements plein de bon sens sur l’ensemble des questions soulevées.

Il y aurait donc entre les personnes écrasées sous le manque de moyen et de dignité ou nos sociétés trop riches de tout, un espace pour une vie connectée avec son environnement qui donne des personnes réellement épanouies au quotidien. C’est en tout cas l’exemple concret que nous montre les petits producteurs que nous rencontrons au cours de nos voyages…

Extrait Tristes Tropiques 1955 « L’humanité s’installe dans la mono-culture; elle s’apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave. Son ordinaire ne comportera plus que ce plat. »

3 Commentaires pour ce billet

Laisser un commentaire