Archive for juillet, 2010

Terme de plus en plus tendance dans l’ensemble des pays riches, l’écologie est aujourd’hui considérée comme une philosophie de vie qui consiste à intégrer le respect de l’environnement dans sa vie de tous les jours. L’écolo, comme il est aujourd’hui convenu de l’appeler, correspond donc à celui qui respecte son environnement et, par extension, qui veille à la survie du vivant (dont l’Homme).  La question qui vient alors consiste à se demander quels sont encore les freins à l’écologise et ainsi d’essayer de discerner quel peut être l’avenir de ce courant de pensée et d’action.
Du traité de Rome se questionnant sur les limites de la croissance économique à la diffusion dans tous les cinémas du film Home en passant par les luttes sur le plateau du Larzac, le développement durable et une de ses composantes essentielles, l’écologie, sont aujourd’hui en passe de devenir une véritable mode. Quoi de plus tendance qu’une paire de chaussures ayant contribué à la plantation d’arbres, qu’un tee-shirt en coton biologique ou qu’une lampe torche à énergie solaire ? Tout cela est admirable et porteur d’espoir : il semble que l’humanité soit en train de prendre conscience que, sans l’environnement, l’Homme court à sa perte. Cependant, on peut aussi se demander si ces achats ne résultent pas plutôt de la même frustration créée par les industriels que celle qui nous entraîne à consommer de manière irraisonnée ?
Dans la réponse à cette question réside la pérennité des comportements actuels face à l’écologie. La prise de conscience de l’environnement dans l’acte d’achat est elle en train de devenir une mode qui, par définition, finira par s’essouffler ou bien l’écologie est elle en train de structurer un nouveau paradigme économique dans lequel au coût économique du bien viendra se rajouter l’impact sur l’environnement dans l’arbitrage des consommateurs ?
C’est à ce stade du raisonnement que prend place la notion d’écologie profonde qui consiste non pas à évaluer a posteriori l’impact sur l’environnement d’un produit mais plutôt à prendre a priori en compte la capacité de la nature à nous fournir tel ou tel bien. Cette écologie profonde est atteignable par la démocratisation à grande échelle du développement durable qui passe par son acceptation en tant que pratique sociale (par le biais de la mode). Il semble donc bon que l’écologie devienne aujourd’hui une mode mais il faut veiller à ce que cette tendance de fond se traduise par une transition vers une écologie profonde et arrive à s’émanciper de son caractère éphémère (quoi de moins durable qu’une mode ?).

Cette vigilance appartient à chacun d’entre nous : transformer l’essai est aujourd’hui essentiel et il est primordial que la mode du « vert » donne naissance à des considérations bien plus structurelles. Si l’utopie correspond à un état de la nature humaine non encore réalisé mais envisagé alors, oui, l’écologie

profonde est une utopie. Ensemble faisons en une réalité.

Terme de plus en plus tendance dans l’ensemble des pays riches, l’écologie est aujourd’hui considérée comme une philosophie de vie qui consiste à intégrer le respect de l’environnement dans sa vie de tous les jours. L’écolo, comme il est aujourd’hui convenu de l’appeler, correspond donc à celui qui respecte son environnement et, par extension, qui veille à la survie du vivant (dont l’Homme).  La question qui vient alors consiste à se demander quels sont encore les freins à l’écologie et ainsi d’essayer de discerner quel peut être l’avenir de ce courant de pensée et d’action.

Du traité de Rome se questionnant sur les limites de la croissance économique à la diffusion dans tous les cinémas du film Home en passant par les luttes sur le plateau du Larzac, le développement durable et une de ses composantes essentielles, l’écologie, sont aujourd’hui en passe de devenir une véritable mode. Quoi de plus tendance qu’une paire de chaussures ayant contribué à la plantation d’arbres, qu’un tee-shirt en coton biologique ou qu’une lampe torche à énergie solaire ? Tout cela est admirable et porteur d’espoir : il semble que l’humanité soit en train de prendre conscience que, sans l’environnement, l’Homme court à sa perte. Cependant, on peut aussi se demander si ces achats ne résultent pas plutôt de la même frustration créée par les industriels que celle qui nous entraîne à consommer de manière irraisonnée.

Dans la réponse à cette question réside la pérennité des Lire la suite →

Scooter Electrique testé par Eric

Bien sûr j’aurais pu acheter une bicyclette. Mais un vélo c’est tout de même encore mieux quand on n’a pas besoin de pédaler. J’ai donc fait le grand saut en me portant acquéreur d’un petit scooter électrique. Retour d’expérience après une première journée à tester la bête.

40 Km/h, c’est bien suffisant, surtout quand on sait que la vitesse moyenne du trafic automobile parisien est de 15,9 km/h. Bien sûr, pas question d’aller sur l’autoroute et, de toute façon, les 40 km d’autonomie ne permettraient pas d’aller bien loin ! Il s’agit donc d’un petit engin à moteur électrique (non polluant, contrairement aux moteurs thermiques fortement émetteurs de CO2) pour une utilisation intra urbaine exclusivement. Au-delà de l’avantage écologique que ce type de véhicule représente, ce qui frappe en premier lieu c’est le silence ! Fini le cri strident du petit moteur 50cc, fini le bourdonnement viril d’une grosse cylindrée… on n’entend rien (ce qui peut d’ailleurs parfois étonner certains piétons imprudents). La chaîne mal graissée d’une bicyclette ferait plus de bruit que le petit sifflement imperceptible du moteur électrique. Zéro pollution, zéro bruit, zéro odeur de gasoil, voilà d’ores et déjà quelques bons points pour notre scooter électrique.

Lire la suite →

On peut parfois avoir le sentiment d’un décalage entre l’envie d’agir, de changer notre société et la difficulté de le faire concrètement. Pourtant, à tous les niveaux, des changements sont possibles et les véritables freins résident dans les croyances ou les incapacités à imaginer des modèles différents.

Un argument que l’on peut facilement imaginer est la justification d’un modèle pour subsister dans un monde de compétition intensive. Si je suis le patron d’une grande multinationale et que pour subsister, je dois être aussi rentable que mon principal concurrent, alors mes actes sont justifiés… Une des conséquences directes est la sauvegarde de milliers d’emplois.

Et pourtant… Cela pose de nombreuses questions notamment sur la justification de modèles dont les inconvénients sont souvent devenus supérieurs aux avantages, notamment l’impact de ces modèles sur les populations du sud et leur maintien dans des situations d’extrême précarité. Une autre question peut porter également sur le changement à venir dans notre monde : est-ce que les multinationales auront la capacité à se régénérer de l’intérieur ou alors le changement viendra d’une minorité notamment via l’entreprenariat social ; minorité qui parviendra à grossir et mettre en place une autre vision du monde.

On se doute de quel côté penchent nos convictions. Mais parfois Lire la suite →

La société de consommation nous empêche t’elle de vivre ?
La société de consommation comme elle est communément appelée aujourd’hui correspond à une consommation  irraisonnée de la part des pays riches qui élèvent au rang de première nécessité l’accumulation de biens matériels. Cette consommation est irraisonnée car elle est sans but sinon l’accumulation pour elle-même, sans fin car cette accumulation appelle l’accumulation et non respectueuse de l’environnement car la course à cette accumulation perpétuelle ne laisse aucune place à toute réflexion possible sur le lien entre l’Homme et son environnement.
Au-delà du caractère stérile de cette consommation, celle-ci nous entraîne dans un capitalisme sénile car vieillissant et sourd au besoin grandissant des populations : le sens. Notre société est aujourd’hui en recherche de sens, sens que notre mode de vie aujourd’hui voué à la consommation n’est pas en mesure de trouver. En effet, l’Homme trouve t’il du sens à sa vie en courant les magasins à la recherche de celui qui pratiquera les meilleurs soldes ? Nous nous accorderons tous à répondre que non mais ne pouvons pas pour autant nous empêcher de consommer de manière irraisonnée.
Vivre, ce n’est donc sûrement pas consommer mais plutôt profiter de la vie elle-même, profiter de chaque instant, c’est-à-dire vivre pleinement. Nous abordons aujourd’hui la vie à la lumière du paradigme économique dominant qui nous apprend que plus est synonyme de mieux. Nous affirmons, nous, que le mieux est l’ennemi du bien, qu’il est préférable de jouir de la vie  elle-même plutôt que de chercher des satisfactions éphémères. On ne vit jamais plus pleinement qu’en étant allongé dans l’herbe au soleil, qu’en lisant un bon livre, qu’en discutant avec un vieil ami, qu’en faisant de nouvelles rencontres… et tout cela ne coûte rien (mis à part peut-être le livre de poche qui coûte 2€ !).
La consommation à l’excès nous éloigne de la vie elle-même en nous promettant des satisfactions immenses par le jeu de la frustration. Nous vivons en effet dans une société de frustration au service de la consommation. Vivre pleinement et profiter de chaque seconde que la vie nous offre est dès lors très probablement la solution à la perte de sens de nos sociétés. Nous n’affirmons pas ici que les démunis sont des gens heureux, que dans l’absence de possession réside le bonheur mais plutôt que la consommation se doit d’être raisonnée en gardant toujours à l’esprit que le bonheur réside dans les choses simples et vécues pleinement.

La société de consommation comme elle est communément appelée aujourd’hui correspond à une consommation  irraisonnée de la part des pays riches qui élèvent au rang de première nécessité l’accumulation de biens matériels. Cette consommation est irraisonnée car elle est sans but sinon l’accumulation pour elle-même, sans fin car cette accumulation appelle l’accumulation et non respectueuse de l’environnement car la course à cette accumulation perpétuelle ne laisse aucune place à toute réflexion possible sur le lien entre l’Homme et son environnement.

Au-delà du caractère stérile de cette consommation, celle-ci nous entraîne dans un capitalisme sénile car vieillissant et sourd au besoin grandissant des populations : le sens. Notre société est aujourd’hui en recherche de sens que notre mode de vie aujourd’hui voué à la consommation n’est pas en mesure de trouver. En effet, l’Homme trouve t’il du sens à sa vie en courant les magasins à la recherche de celui qui pratiquera les meilleurs soldes ? Nous nous accorderons tous à répondre que non mais ne pouvons pas pour autant nous empêcher de consommer de manière irraisonnée.

Vivre, ce n’est donc sûrement pas consommer mais plutôt Lire la suite →